Pin It

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Après l'occident, ce sont les pays voisins qui repousseront les migrants Guinéens si

la jeunesse ne prends pas son destin en main"

Président

DOUNAMOU TOKPA

Dounamou TV

Dounamou Tokpa, l’unique alternative du peuple guinéen

Né d’un père enseignant et d’une vaillante mère ménagère à Koumandou, dans la préfecture de Beyla, Dounamou Tokpa est le Président du Parti Nouvelle Vision (PNV). Comme bon nombre d’enfants de sa génération, ce leader-né va passer avec brio sa formation académique et décroché de prestigieux postes dans la vie active avant d’atterrir dans la politique en vu de porter plus haut, la voix des sans voix. Contrairement à la plupart des leaders politiques guinéens, Dounamou Tokpa  incarne tous les traits de la personnalité  du futur Président de la République de Guinée, caricaturée par ‘’la majorité silencieuse’’ du pays. Immersion sur le parcours non-exhaustif de cet homme de valeurs.

HHH

 

SON ENFANCE 

Dounamou Tokpa  a fait  sa petite enfance et ses études pré-universitaires dans la préfecture de Kouroussa, en Haute guinée, où son père est affecté en fin 1986.

En 1989 il fait ses premiers pas à l’école primaire de sanguiana, où son intelligence et son courage sont très tôt remarqués par ses encadreurs, qui attireront l’attention de son père sur la nécessité de porter un regard précieux sur le jeune garçon.

En 1992, son père, soucieux de faire assimiler la culture qui est la sienne à ses enfants, envoie sa famille au village pour une durée de deux ans. Le jeune Dounamou Tokpa, alors en classe de quatrième année sera amené à fréquenter l’école primaire de Gama bèrema où il laissera son nom au tableau d’honneur. Il est à cheval entre Gama bèrema où il est inscrit à l’école primaire, et Soota, son village natal où il doit passer ses week-ends, ses congés et ses vacances.

Les séjours dans son village natal ne resteront pas sans effet sur le jeune homme. Il parle mieux sa langue maternelle, le konon, pratique les travaux champêtres pendant les vacances  et surtout, il est initié à la forêt sacré en 1994. Il rejoint de nouveau son père à koumana, dans la préfecture de Kouroussa en 1995, année à laquelle il passe avec succès le CEP.

Il fait son cycle secondaire au lycée Samory Touré de Kankan, au college Djibril Tamsir Niane de Baro puis au Lycée Collège Amilar Cabral de Kouroussa.

Il rentre en 2004 à conakry pour ses études supérieures au département Math-Informatique-Economie de la faculté des sciences de l’université de Conakry. Deux ans après, il réussit  le concours d’entrée au Centre Informatique de la même université, d’où il sort en 2008, Maitre ès sciences en informatique avec la mention Excellent.

SA VIE PROFESSIONNELLE 

 

 TD

  

La vie professionnelle sourit très tôt au jeune DOUNAMOU Tokpa. Déjà après le premier cycle Universitaire, la carrière exemplaire de Dounamou s’ouvre au Groupe Alynet Service (GAS) où il est Responsable du développement d’application et de la Formation, Adjoint du DG. Après deux premières années de carrière réussie,  le jeune cadre polyglotte, parlant couramment français et anglais atterrit à Cellcom, une société de droit américain en juillet 2008. Dans cette société de téléphonie,  il est ingénieur radio et transmission, puis directeur adjoint du service Informatique. Il assume le poste avec brio et reçois même en 2011, le prix du meilleur employé du département Informatique de la compagnie de téléphonie américaine. Bénéficiant de la confiance de ses collègues, et surtout vu le leadership qui caractérise le jeune homme, il sera plébiscité à la tête de la formation syndicale de la société en 2013. Véritable casse-tête pour l’administration, DOUNAMOU engage plusieurs reformes, s’investie absolument dans la défense des intérêts des employés. Bref, il se dresse une feuille de route qu’il suit avec détermination. C’est de Cellcom qu’il arrive à l’Organisation Internationale pour les Migrations(OIM), après des cours de certification à Dakar.

A l’OIM, Il est responsable du service de l’information et des nouvelles technologies. Deux ans après, il est élu président de l’association du personnel de cette institution, puis vice-président de l’Association du personnel des nations unies en Guinée.

Le séjour à l’OIM permettra à Dounamou d’acquérir une expérience professionnelle dense. Son regard d’expert sera vite solliciter par cette institution lors des grandes rencontres auxquelles il prendra part dans les cinq continents du monde, pour des missions d’appui en tant qu’expert ou pour des formations. Ce qui lui vaut un carnet d’adresse bien rempli.

 

 UN JEUNE MODEL 

Outre ses compétences professionnelles, M. Dounamou Tokpa a à son actif un impressionnant éventail d’actions menées pour la bonne cause. L’exemple typique d’un homme de caractère, d’un visionnaire. Bref, il dispose de plusieurs flèches à son carquois.

En 2009, il crée le site dounamou.com, le premier à offrir une plateforme de consultation des résultats d’examens nationaux. Au courant de la même année, il met en place une structure informatique et fonce dans les ministères avec des propositions techniques visant à moderniser l’administration guinéenne. Ainsi en 2010, on assiste à l’informatisation complète du ministère des pêches, à travers le câblage du département, de l’installation d’un serveur de domaine, d’un serveur de voix avec réceptionniste électronique et d’un déploiement de liaison satellite. La conception des premiers sites des ministères de la sécurité, de la pêche et de l’enseignement supérieur sera le fruit de sa fertilité d’esprit.

 

HOMME DE CULTURE 

FFF

Portant un regard critique sur la culture forestière dont les porte-voix avaient pour la plupart adopté le coupé décalé, d’origine ivoirienne, au détriment des genres musicaux guinéens, Dounamou décide de rassembler en 2012, les artistes de toutes les préfectures de la région. Ceci, en vue de redonner chair à la musique guinéenne en général et celle forestière en particulier. Il va alors mettre en place le studio d’enregistrement Sabina record et impose le rythme forestier. Sans s’arrêter à cette seule action, Dounamou finance un premier album avec pour titre « retour aux sources », qui réunit douze artistes leaders de la Guinée Forestière.

Il s’inscrit dès lors dans les esprits de maints jeunes guinéens, comme un espoir dans le milieu culturel de la forêt. Ce qui va lui valoir d’être fréquemment sollicité pour parrainer les grands évènements.

Le 13 mai 2017, il reçoit dans un réceptif hôtelier de Conakry, le satisfecit de meilleur cadre de la région forestière en 2017 dans la catégorie des Administrateurs privés. Ce prix lui est décerné par le Collectif des Promoteurs et manager de la Forêt qui, au bout d’une enquête, a décidé de reconnaître la performance des meilleurs cadres de la région forestière en vue de promouvoir l’excellence dans la région.

 

FOJECAF  

SOOTA.jpg

Sur le plan social, Tokpa Dounamou, ancien président du Club littéraire Djibril Tamsir Niane, ancien président de la jeunesse de l’EPE de kouroussa et ancien membre du bureau exécutif National des Groupe Bibliques d’Elèves et Etudiants de Guinée (GBEEG), est préoccupé par la situation guinéenne caractérisée par les défis socioéconomiques à résoudre. Meneur d’hommes, et ayant une expérience de la vie associative,  il pense alors à mettre en place le FOJECAF ( Forum des Jeunes Cadres de la Forêt) pour réunir les forces des jeunes cadres de sa région — La Guinée Forestière. Une région en proie aux tensions interethniques et aux problèmes de développement.  Le 28 mai 2011, le FOJECAF voit effectivement jour avec pour objectif de promouvoir la paix et le développement socioéconomique de la région. Et de cette manière, participer au développement de la Guinée. Aussitôt créé, le Forum attire les jeunes cadres de toutes les ethnies de la région. Qu’ils soient au pays ou sein de la diaspora, ils adhèrent aux idéaux de l’organisation qui a tout de suite gagné la confiance des autorités administratives et coutumières de la Forêt. Il couvre déjà en 2015 la totalité de la région forestière où des coordinations  préfectorales sont installées, ainsi que plusieurs préfectures de la basse et de la haute Guinée. Un siège National est ouvert à Lambadji sous le leadership du dynamique président.

 Si le FOJECAF est aussitôt devenu populaire, c’est parce qu’il s’est aussitôt mis à la tâche. En effet, depuis sa création, le Forum contribue à la promotion de la paix à travers des campagnes de sensibilisation, des conférences, des déclarations et des actes sociaux pour le développement de la paix et de l’unité nationale. Après les affrontements interethniques de 2013 à N’Zérékoré et Beyla, le FOJECAF organise le tournoi de la fraternité qui opposes les équipes des différentes préfectures de la forêt et réuni les ressortissants de cette région pendant deux mois. Le message de la paix est prononcé à l’entame de chaque match. Le FOJECF entreprend  en 2015 la formation des ambassadeurs de la paix dans les préfectures de la région forestière. Il forme 1721 personnes en techniques de prévention et de gestion des conflits. L’objectif est d’éviter à la région de nouvelles violences communautaires. Les volontaires formés sont des citoyens à la base, et sont issus de tous les groupes ethniques de la région.

Pour FOJECAF, la paix passe aussi par l’autonomisation des femmes et des jeunes. Ainsi, le forum a développé depuis 2015 le projet de fabrique de savons (le savon FOJECAF) qui permet à des centaines de personnes de la région de gagner leur pain.

JJJ.jpg

VIE POLITIQUE

Lors d’une interview accordée au site Village Cherif Dounamou Tokpa disais ceci :

«  …, Vous savez sur le terrain politique, il y a les  passionnés de la politique et ceux qui viennent à la politique. Les premiers sont séduits par la gloire, le jeu politique  et les avantages liés aux postes politiques. Pour ceux-ci, c’est une véritable passion et un moyen de satisfaire une ambition personnelle.  Les seconds par contre sont obligés de faire la politique si c’est le seul moyen  de venir à bout d’une lutte, de se faire entendre et de faire entendre les sans voix. Si je devrais donc un jour faire de la politique, je viendrais à la politique. ». Dès lors pour les observateurs avertis, son arrivé sur le terrain politique n’était donc plus qu’une question de temps, vu le manque de justice et les défis socioéconomique qui frappent son pays. Ainsi, depuis le 2 mars 2019, à la faveur d’une assemblée générale à l’hôtel mariador, Dounamou Tokpa, est porté à la tête du Parti Nouvelle Vision (PNV). Son ambition, faire de ce parti la première force politique du pays.

Radio dounamou

Faire un don

Contribuez à nos efforts

Montant: